Ce site internet est éco-conçu. Cela signifie qu’il a été conçu avec l’efficience et la durabilité comme mots d’ordres, afin de diminuer son impact sur l’environnement, tout en restant efficace.

Éco-concevoir, ce n’est pas seulement utiliser du papier recyclé et de l’encre bio-dégradable pour ses impressions, ou mettre son ordinateur en veille quand on part en pause. C’est plus généralement élargir la conception qu’on a de de l’efficience (pas l’efficacité), et prendre en compte bien sûr la technique utilisée pour le projet, mais aussi sa stratégie. Éco-concevoir, c’est aussi prendre en compte le cycle de vie des livrables que nous rendons, et les messages qu’ils véhiculent.

Préférer l’efficience à l’efficacité

Avant tout, mettons nous d’accord sur la différence entre l’efficience et l’efficacité le temps de la lecture de cette page :

  • Efficacité : “la capacité d’une personne, d’un groupe ou d’un système de parvenir à ses fins.”
  • Efficience : “l’optimisation de la consommation des ressources utilisées dans la production d’un résultat.”

Pour prendre un exemple, si vous versez 2L de détergent dans votre evier bouché, ça va fonctionner : ça sera efficace. Par contre niveau efficience, on aura surement des progrès à faire.

Peut-être qu’en éxaminant un peu mieux la situation, on aurait pu arriver au même résultat avec simplement un peu de vinaigre, ou de bicabornate… Dans cet exemple, on gagne grandement en efficience par rapport à la première situation, car la quantité de ressource mobilisée pour arriver à un résultat satisfaisant est bien inférieure (ça coûte moins cher, et ça pollue beaucoup moins !).

On comprend tout de suite pourquoi on préfère l’efficience à l’efficacité quand on fait de l’éco-conception.

l’Éco-conception technique

C’est en générale l’idée qui parle le plus au sujet de l’éco-conception. Besoin de distribuer un flyer pour promouvoir votre activité ? L’ouverture prochaine de votre restaurant ? Ou peut-être que vous voulez faire imprimmer 200 de ces cartes de visites pré-formatées et pas cher du tout pour commencer votre prospection, et ce pour seulement 5 euros. Un flyer vernis en densité 180g/m², c’est plus joli, c’est plus robuste, ça fait sérieux, mais le prix aussi est plus sérieux, ainsi que son impact sur l’environnement et sa consommation en ressources.

On parle de retour sur investissement. Si vous investissez deux fois plus d’argent, vous espérez gagner deux fois plus non ? Avez-vous déjà pensé à votre investissement en ressources non-renouvelables ? Si les ressources nécessaires à la production de ce flyer coûtent 2 fois plus cher, qu’il devient un peu plus efficace, et que ces ressources sont 100 fois plus difficiles à renouveler. Est-ce rentable ? Financièrement et à court terme peut-être…

C’est dans cette perspective que nous utilisons notre expertise pour éco-concevoir nos supports de communication. Que ce soient des supports papiers ou numériques.

l’Éco-conception stratégique

La production d’une plaquette ou d’un site web aura beau être très efficiente, si au bout du compte vous ne remplissez pas votre restaurant parce que vous n’avez pas ciblé les bonnes personnes, non seulement on aura travaillé pour rien, mais vous serez bien déçu, et des ressources auront été consommées pour des clopinettes…

C’est pour cette raison que nous vous proposons un dialogue sur votre stratégie de communication pour toute prestation. Nous prenons en compte votre demande et vos besoins, ainsi que vos envies et vos valeurs. C’est très important pour nous !

Cycle de vie, et obsolescence programmée

Depuis le développement des politiques de développement durable, on a parlé de gestion du cycle de vie des produits from craddle to grave (du berceau à la tombe), où les produits sont pris en charge de leur fabrication jusqu’à leur démantèlement, et ne sont pas tous dispersés dans la nature. Un concept plus récent et qui se développe est celui de la gestion from craddle to craddle (du berceau au berceau), qui induit donc une maîtrise complète du cycle de vie des produits avec un recyclage à quasi 100% des éléments de sa fabrication.

On peut aussi parler du cycle de vie d’un site web. Si un site internet doit utiliser des technologies très récentes, et que cela lui permet d’avoir une efficience au top, c’est super ! Mais ce site n’a de sens que s’il est accessible. Et pour être accessible, le visiteur doit disposer d’un appareil capable de se connecter au site. Si le site utilise des technologies avant-gardistes, et que l’appareil de l’utilisateur se fait un peu vieux, il se peut qu’il ne parvienne pas à consulter le site.

Cela pousse l’utilisateur à se débarrasser de son appareil pour en acheter un plus récent, même si l’ancien est encore fonctionnel.

Aujourd’hui, même si le marché de l’occasion pour les appareils électroniques est très développé grâce à des plateformes spécialisées ou d’autres actions, le recyclage de ces appareil est encore trop peu maîtrisé, et l’extraction des métaux qui les composent reste une partie très importante de l’impact environnemental du numérique.

C’est pour cela qu’un des concepts clés de l’éco-conception est la rétro-compatibilité. En concevant des applications qui n’ont pas besoin de se mettre à jour trop souvent, et qui fonctionnent même sur les vieux terminaux, on limite l’obsolescence programmée et donc son impact sur l’environnement.

La responsabilité sociale

Pour nous, il y a aussi une dimension de responsabilité sociale dans l’éco-conception. Il est totalement hypocrite de concevoir des supports super écolos et super efficients dans la stratégie et la technique, si ce support nous pousse à l’achat compulsif, ou à des comportements qui vont contre le développement durable.

C’est pourquoi nous sommes membre de PUBCOM, une association qui promulgue la communication socialement responsable. Nous pensons les stratégies de communication de nos clients par le prisme de la responsabilité sociale.

Pour résumer

Le but de l’éco-communication, ce n’est pas d’adopter une attitude dans le style “moins j’en fais mieux c’est”. Sinon, autant tout arrêter : on arrête de communiquer, on éteint internet, et on part tous vivre dans les bois. Ce serait peut-être pas plus mal qui sait ?… Sans rentrer un débat existentiel sur le but de l’humanité, on peut faire au mieux avec ce que la terre nous offre, et éco-concevoir pour ne pas vivre à crédit.

L’éco-conception responsable, c’est la remise en question permanente, et la recherche continue d’un équilibre entre 3 points :

  • l’es attentes pour le projet (performance)
  • les moyens disponibles (efficience)
  • l’impact sur l’environnnement et la société (durabilité et responsabilité)

Et tout ça, à chaque prestation, et ça ne coûte pas plus cher… Alors si vous êtes d’accord avec nous, pourquoi vous priver ?